FR - UK - IT

Le financement bancaire des MBI

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Vous souhaitez reprendre une société ? Vous vous posez alors surement la question de savoir quels sont les leviers bancaires possibles que les banques proposent aujourd’hui. Cet article va tenter de vos donner des éléments de réponse à cette question que beaucoup de repreneurs se posent.

Tout d’abord, il faut bien comprendre qu’en matière de MBI, les banques ont d’une manière sensible durci leurs critères d’octroi de prêt. Il y a encore 2 ou 3 ans nous avions des leviers de 2 ou 3 par rapport à une mise en capital, aujourd’hui nous constatons que les prêts sont plus proches du 1 pour 1.

Cette question du financement est très souvent déterminante dans le choix du montage et de ce fait dans la recherche de cibles. Les critères qui sont retenus par les banquiers, pour le financement de projets de reprise sont :

  • La connaissance par le repreneur du secteur d’activité de la société ciblée,
  • Son expérience de direction,
  • Son apport en capital,
  • Le niveau d’endettement de la société cible,
  • Sa capacité à rembourser une dette,
  • Son niveau de résultat.

Le niveau de levier bancaire est une équation prenant en considération tous ces critères, mais sans généraliser, nous constatons aujourd’hui que sur ces critères les ratios utilisés par les banques sont les suivants :

  • Dette bancaire plus ou moins égale au montant de l’apport, si le repreneur est issu du secteur l’apport peut être diminué à 30% ;
  •  Annuités de remboursement (avec les prêts en cours) inférieur à 60% de la CAF.

Bien entendu, ces ratios peuvent évoluer en fonction du projet de reprise.

Cas pratique :

Pour un repreneur personne physique qui dispose d’un capital de 350 K€ et qui souhaite reprendre 100% d’une société.

Un montage sécurisé serait :

  • Dette bancaire levée : 350 K€, sur 7 ans au taux de 4,70%
  • Annuité de remboursement : 58.100 €/an

De cette manière les Sociétés qui peuvent être visées, avec un financement à hauteur de 700 K€ (350 K€ en fonds propres + 350 K€ en dette bancaire) – il faut également tenir compte des frais de mutation, d’audit et de rédaction des actes – sont des sociétés avec un REX compris entre  à 160 K€ et 100 K€ (à affiner en fonction de la CAF)

Ceci n’est qu’un cas théorique, mais qui vous montre que dans tous projets de reprise il est important de calibrer votre projet avec vos souhaits et vos financements. Des solutions existent (fonds d’investissement, crédit vendeur, ONC, …) pour entreprendre et racheter une société qui serait en décalage par rapport à ces ratios évoqués mais il faut bien les poser et en mesurer l’impact.

En espérant que cet article très simple, puisse vous éclairer dans le calibrage de votre projet.

Benoit POINAS

Associé – Groupe NOVANCES 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Tags: